Vendredi 4 janvier 2019 à 10:52

https://i.pinimg.com/564x/7f/81/45/7f814579f9e88b558a4f18f2d0683e3b.jpg
Je relisais d'anciens articles. Je le fais régulièrement, c'est là que je découvre véritablement mes textes, que je peux même parfois apprendre à les aimer, et que je me reconnecte à la personne que j'ai été. Voir et sentir à la fois la distance et la puissance émotionnelle.

Je relisais d'anciens articles et j'ai eu le sentiment d'une lente guérison. Cette fin d'année, en retrouvant un rythme de travail réglé (je ne suis plus étudiante), j'ai mesuré, a posteriori, l'état de fatigue physique et émotionnel dans lequel je me trouvais. C'est aussi que, depuis cette dernière année de prépa, où j'étais allée creuser très profond dans mes réserves, où j'avais été, une nouvelle fois je crois, en dépression, j'avais eu l'impression de remonter peu à peu. C'était toujours mieux que l'année d'avant, j’étais moins oppressée, globalement moins abattue. Pourtant, à reprendre un cours de vie plus calme, libérée des concours et des objectifs que l'on se met à soi, libérée des emplois du temps libres et ainsi toujours contraints, je me rends compte de ce qui pesait encore sur moi. Je me rends compte que oui, c’était mieux, mais c’était encore beaucoup.

J’avais conscience d’être fatiguée, profondément fatiguée. Et d’avoir du mal à sortir de cet état. Mon sommeil s’est peu à peu amélioré mais demeurait encore troublé et peu réparateur. Je dors sans dormir, et les rêves-cauchemars qui m’assaillent. Là, je fatigue toujours relativement vite, surtout psychiquement, mais je ne me sens écrasée par cette forme de sommeil dès que je me lève. Je me sens toujours dans un équilibre précaire, j’ai toujours des angoisses, mais sur le fond, ça va mieux. Je ne suis plus contrainte par ces échéances et ces montagnes de concours.

Mon nouveau boulot se passe beaucoup mieux que je m’étais laissée aller à l’espérer. La stabilité financière qu’il m’apporte m’a également beaucoup aidé à aller mieux. Je ne dépense pas beaucoup plus, finalement, mais je suis enfin indépendante et, par-là, beaucoup apaisée. J’ai mon argent, j’ai même des économies. Je ne suis pas constamment en culpabilité, en peur de trop dépenser ou de faire les mauvais choix. C’est tellement de fatigue mentale en moins, tellement de choses qui se calment car je sais qu’en cas de pépin, je pourrai gérer.

Je suis globalement plus apaisée et c’est très agréable. Se réveillent en moi des émotions et des questions parfois plus enfouies, relativement à des questions métaphysiques ou, plus positivement peut-être, des envies de créer. Je consacre également une partie de l’énergie que j’ai à nouveau pour entamer une thérapie profonde avec une psy.

2018 ce sont des fins, une période de transition, un nouveau départ et les premiers émois d’une nouvelle routine. 2018 ce sont les rideaux voilés et blanc d’un passage ; c’est aussi la lumière au creux de la porte. J’ai parfois l’impression de retrouver des parties de moi que je n’avais pas rencontré depuis longtemps, j’ai parfois l’impression d’avoir passé un versant sans m’en rendre compte, car mon regard était ailleurs.

Et puis, il y a cette relation-là, cet amour. Dans ces moments où je dis moins que je ne raconte, je ne voudrais pas abîmer et dire mal. C’est toujours dur à saisir et à exprimer, surtout en société d’ailleurs. Les paradoxes d’une relation travaillée, patiemment construite mais qui garde en moi l’impression de quelque chose de miraculeux. C’est si profond, si apaisant et si évident. J’ai de plus en plus confiance en lui, en nous, et peut-être en moi, et je me sens heureuse. Je suis amoureuse et je suis aimée. C’est parfois juste difficilement croyable et j’ai l’impression d’une assise immense, et d’une force profonde.

2019, alors. Cela sera se rencontrer à soi, encore. User de l’énergie libérée pour aller voir de vieux démons, pour apprendre. Je sens que renaît, plus fort, en moi, l’envie de créer. Je voudrais apprendre ou mieux apprendre à savoir ce que je veux, à écouter ce que sont mes envies et me donner le droit d’y répondre. J’ai aussi commencé à écrire ce dont je rêve la nuit, tant que possible. Je me sens plus solide sur mes appuis car, tout simplement, je ne me sens plus totalement épuisée. Je vais plus voyager, aussi.

Par lancien le Vendredi 4 janvier 2019 à 17:43
La vie a toujours du bon et du mauvais, comme toujours. Tu es toujours aussi émotive.
J'espère que 2019 t'apportera santé et des joies plus tranquilles, que tu n'angoisseras plus au travail et que l'amour ira grandissant
 

Chuchoter à l'oreille









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://imparfaiite.cowblog.fr/trackback/3279326

 

<< Présent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Passé >>

Créer un podcast