Mercredi 20 novembre 2019 à 22:59

Les gouttes résonnent sur le sol infini
De l’espace immense de mon esprit qui coule.
C’est adieu que je murmure, pendant que j'entends
Le flot des souvenirs que ta présence préserve.

Mon cher ami, mon compagnon,
Il y avait cet espoir que tu demeures toujours,
Et que tu veilles encore,

Sur les souvenirs que l’on porte
Dans la caresse des murs ;
Ce souffle de force forgé à même le temps.

Alors, dans cette grande maison,
Dont les pièces naviguent à travers nous,
Promets-moi seulement,
De nous garder toujours,

Car je voudrais que tu saches
Que je ne t’oublierai pas.

https://i.pinimg.com/564x/f0/db/95/f0db95b8b154acf2b0e9866428196c08.jpg
Par yvnv7575d le Jeudi 2 janvier 2020 à 3:33
 

Chuchoter à l'oreille









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://imparfaiite.cowblog.fr/trackback/3279846

 

<< Présent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Passé >>

Créer un podcast